Le 6 octobre 2017 – Marion nous parle du métier de qualiticien vie série.

Après une école d’ingénieurs en alternance, Marion devient ingénieure qualité dans la production automobile. Arrivée chez Mécafi en juin 2016, elle occupe, à l’heure de cette interview, le poste de Qualiticien Vie Série*.

Qualité Vie Série

Qualiticien Vie Série, qu’est-ce-que c’est ?

MS – En tant que qualiticiens vie série, nous sommes pilotes de la qualité sur le secteur dont on a la charge. Sur Idéa, j’interviens sur le suivi des indicateurs qualité, la commission litiges, la gestion des non-conformités internes et externes, la revue de performances et l’animation qualité au quotidien (SQCDP, QRQC…).

Les procédés spéciaux, rendent-ils votre travail un peu spécial ?

MS – La validation des pièces en procédé spécial (PS) est très différente de la validation des pièces en usinage. En effet, il arrive fréquemment que le résultat d’une opération de PS ne puisse pas être entièrement vérifiée par un contrôle ou un essai du produit. C’est donc une difficulté majeure, car souvent, les défauts liés aux PS n’apparaissent qu’à l’utilisation du produit, donc bien après sa sortie de nos ateliers ! Alors pour s’assurer de la conformité des pièces, nous effectuons en plus un contrôle sur les actions réalisées sur les pièces elles-mêmes. Nous vérifions également les connaissances des process par les opérateurs chaque année (ou après une absence prolongée). L’important pour l’opérateur PS est de savoir où et comment trouver les informations nécessaires à la conformité du process sur lequel il travaille.

Quelles qualités pour la qualité ?

MS – Pour être qualiticien vie série, nous devons être rigoureux, c’est la base de notre métier. Nous portons la responsabilité de dire si une pièce peut ou non être réparée, doit être rebutée ou non. Lorsqu’une alerte est donnée, nous pilotons le plan d’actions qui va permettre de sécuriser le process en interne et de solutionner le problème identifié.

C’est ce qui vous motive ?

MS – Ce qui me motive, c’est d’être sur le terrain, d’échanger avec les équipes. Nous n’avons pas que des machines, il y a aussi des Hommes. C’est à nous d’identifier les savoir-faire en interne qui peuvent être un appui solide dans notre travail. Avoir cet échange avec nos collègues est indispensable au quotidien.

Si on devait décrire votre métier en 3 mots ?

MS – C’est difficile de définir un métier en 3 mots mais je dirais : support, moteur, écoute. Support car nous travaillons en fonction support principalement avec les équipes de production, méthodes, logistique. Moteur, c’est-à-dire donner une impulsion dans le travail des équipes, pour l’avancement des projets, pour l’amélioration continue en cas de sujet récurrent. À l’écoute des équipes pour faire preuve de réactivité, garder sa porte ouverte est primordial – même si ce n’est pas toujours facile.

*Depuis la réalisation de cette interview, Marion a été promue au poste de responsable qualité du site Idéa spécialisé dans les procédés spéciaux.