Le 22 décembre 2017 – Stéphanie nous parle de son métier de contrôleuse qualité.

Contrôle qualité

Stéphanie contrôle une pièce

Comment es-tu devenue contrôleuse qualité ?

Stéphanie – Après 2 ans et demi passés à l’ajustage, je me suis dit que je pouvais avoir les qualités requises pour ce travail. Lorsque j’ai vu l’ouverture du poste en interne, je me suis donc positionnée et j’ai été retenue.

Et tu avais quelle formation au départ ?

S – J’ai une formation de secrétaire administrative. J’avais du mal à trouver un poste à temps plein dans l’administratif en arrivant dans la région, j’ai donc alterné des postes d’opératrices polyvalentes dans l’industrie (Fabris, Magnetti, Fonderies), puis des contrats dans l’administratif pendant 3 ans, jusqu’à trouver le poste d’ajusteuse à MECAFI, il y a 3 ans et demi.

Le contrôle qualité, ça consiste en quoi exactement ?

S – Nous vérifions les dossiers, validons que les opérations ont bien été faites, et surtout nous effectuons le contrôle visuel des pièces après la tribofinition. Notre expertise nous permet de faire remonter des propositions d’amélioration pour les fiches d’Instruction d’ébavurage. Ainsi, le service qualité peut étudier nos recommandations avec le service méthodes, et si le constat du défaut est suffisamment fréquent la fiche d’Instruction du produit peut évoluer. Nous pouvons également suggérer des modifications des plans techniques comme par exemple l’orientation de la pièce, qui n’est pas toujours optimale pour souligner certains défauts.

As-tu beaucoup de relationnel à gérer dans ce travail ?

S – Oui, notre premier rôle est d’échanger avec les opérateurs d’usinage pour leur mentionner les défauts que l’on constate lorsque ceux-ci sont mineurs. Par contre, lorsque les défauts sont importants, nous devons en référer à notre hiérarchie afin qu’elle déclenche un plan d’actions spécifique pour solutionner le problème identifié. Notre rôle est donc transversal.

Pour finir, un résumé du métier de contrôleur qualité en 3 mots ?

S – Je dirais tout d’abord rigueur, c’est une évidence pour ce métier. Patience, on peut avoir l’impression que les choses ne vont jamais assez vite. Et surtout Communication, il est important de trouver les mots pour faire passer les messages.